Etat des lieux du documentaire (3/5) – 22.02.2017

| RTS - Radio Télévision Suisse | Episode du | Durée : 30:18 | RSS | Site Web

L'histoire récente revisitée en cinq épisodes. Une émission de Jean Leclerc. Fichiers audio disponibles durant 30 jour(s) après diffusion. - Pour un usage privé exclusivement.

Ardéchois cœurs ardents
Aujourd’hui, nous retrouvons notre invité Jean-Marie Barbe, auteur, réalisateur et producteur, initiateur du festival « Les États généraux du Film Documentaire » à Lussas.

Etat des lieux du documentaire (2/5) – 21.02.2017

| RTS - Radio Télévision Suisse | Episode du | Durée : 29:56 | RSS | Site Web

L'histoire récente revisitée en cinq épisodes. Une émission de Jean Leclerc. Fichiers audio disponibles durant 30 jour(s) après diffusion. - Pour un usage privé exclusivement.

Crochet par la Provence
Au micro d’Histoire Vivante, nous accueillons Jean-Marie Barbe, auteur, réalisateur, producteur, enseignant, qui nous raconte la transformation de Lussas, son village natal en Ardèche, en capitale du film documentaire. Jean-Marie Barbe, au travers du festival qu’il a initié « Les États généraux du Film Documentaire » à Lussas, défend le documentaire d’auteur, qui n’a désormais plus place sur le classique petit écran, afin qu’il puisse trouver d’autres voies, d’autres façons d’être vu.
Par la suite, Jean-Marie Barbe lance Tenk, un site internet pour diffuser le meilleur du documentaire mondial.

Etat des lieux du documentaire (1/5) – 20.02.2017

| RTS - Radio Télévision Suisse | Episode du | Durée : 30:14 | RSS | Site Web

L'histoire récente revisitée en cinq épisodes. Une émission de Jean Leclerc. Fichiers audio disponibles durant 30 jour(s) après diffusion. - Pour un usage privé exclusivement.

Les difficultés du moment
Cette semaine, Histoire Vivante se consacre à l’histoire et l’état du film documentaire, en compagnie de différents producteurs, auteurs et réalisateurs de films.
Aujourd’hui, nous nous entretenons avec: Brigitte Chevet, journaliste réalisatrice; Tancrède Ramonet, producteur réalisateur; Olivier Pighetti, producteur réalisateur; Raphaël Pillosio, producteur réalisateur; Magali Serre, journaliste réalisatrice ainsi que Luc Martin-Gousset, producteur.

Le fascisme italien (5/5) – 17.02.2017

| RTS - Radio Télévision Suisse | Episode du | Durée : 30:02 | RSS | Site Web

L'histoire récente revisitée en cinq épisodes. Une émission de Jean Leclerc. Fichiers audio disponibles durant 30 jour(s) après diffusion. - Pour un usage privé exclusivement.

Rencontre avec le réalisateur
Nous nous entretenons avec : Pierre-Henry Salfati, réalisateur du documentaire à voir dimanche prochain, sur RTS Deux: « Margherita S., la femme qui inventa Mussolini » (France / 2015)
Margherita Sarfatti fut la compagne de Mussolini pendant 22 ans. Elle exerça sur lui une forte influence et façonna le personnage du « Duce ». Des documents d’archives et des lettres d’amour permettent de retracer la vie de cette femme d’origine juive, brillante et cultivée, qui insuffla notamment son esthétique au fascisme.
Vingt ans d’une passion amoureuse réciproque et insensée. Pour Mussolini, Margherita fut son ombre, son fantôme, la plume de ses discours. Elle sacrifia sa vie pour lui et fut présente dans les coulisses de son intimité. Ironie du sort, l’autre femme du Duce, comme on l’appelait, était juive.
Née en 1880 dans un palais du XVe siècle, à la lisière de l’ancien Ghetto de Venise, elle passa le reste de sa jeunesse dans le Palazzo Bembo, sur le Grand Canal. Son père voulut pour sa fille les meilleurs maîtres.
Cela ne l’empêcha pas de devenir une socialiste militante convaincue, puis l’un des membres les plus écoutés du parti, tout en étant une féministe avant-gardiste! Son salon, à Milan puis à Rome, attira les plus grands noms parmi les compositeurs, écrivains et artistes italiens et étrangers. Elle aimait collectionner « les gens précieux ».
Créatrice du Novecento, mouvement artistique voué au fascisme, elle réunît autour d’elle les personnages les plus en vue du moment. En 1923, elle fit inaugurer la première exposition du Novecento par son célèbre amant, Benito Mussolini. Rediffusion: lundi 20 février 2017 à minuit

Le fascisme italien (3/5) – 15.02.2017

| RTS - Radio Télévision Suisse | Episode du | Durée : 29:34 | RSS | Site Web

L'histoire récente revisitée en cinq épisodes. Une émission de Jean Leclerc. Fichiers audio disponibles durant 30 jour(s) après diffusion. - Pour un usage privé exclusivement.

La violence
Aujourdʹhui, nous retrouvons nos invités:
Marie-Anne Matard-Bonucci, professeure dʹHistoire contemporaine à lʹUniversité de Paris 8 et membre de lʹInstitut universitaire de France. Elle est rattachée à lʹInstitut dʹHistoire du temps présent et chercheuse associée au Centre dʹHistoire de Sciences-Po. Ses domaines de recherche sont le fascisme, lʹantisémitisme les phénomènes de violence politique et criminelle, en particulier en Italie.
Parmi ses publications: « LʹItalie fasciste et la persécution des Juifs » (Perrin, 2007 ; réédition Puf, collection Quadrige, 2012). Elle a dirigé le numéro spécial: « Antisémitisme(s): un éternel retour? », Revue dʹHistoire moderne et contemporaine, n  62-2-3 , 2015. (dir.) et co-dirigé, « Storia della Shoah in Italia », (2 volumes, 1571 pages, Bologne, UTET, 2010). 
Philippe Foro, professeur agrégé, maître de conférences en Histoire contemporaine à l’Université Toulouse II-Le Mirail, chercheur au laboratoire « Patrimoine, Littérature, Histoire » au sein de l’Équipe de recherche sur la Réception de l’Antiquité : Sources, Mémoire, Enjeux (ERASME). Philippe Foro est spécialiste de l’histoire politique et culturelle de l’Italie contemporaine depuis l’Unité et de la réception de l’Antiquité dans l’Italie des XIXe et XXe siècles. Il est notamment l’auteur de « L’Italie fasciste » (Ed. Armand Colin, 2006), « L’Italie de Mussolini et Berlusconi » (en collaboration avec Alberto Bianco, Ed. Milan, 2005), « Les transitions italiennes » (Ed. L’Harmattan, 2004).
Davide Rodogno, professeur à l’Institut Universitaire de Hautes Etudes Internationales et du Développement de Genève. Ses recherches portent sur les organisations internationales aux XIXe et XXe siècles, la genèse des « interventions humanitaires » XIXe siècle, lʹhistoire de l’action humanitaire et de l’humanitarisme entre les deux guerres mondiales, l’histoire des droits de l’homme, les occupations militaires depuis le Congrès de Vienne, le nationalisme, totalitarisme, autoritarisme et antisémitisme. Nous parlerons entre autre de son article paru aux Presses de Sciences Po en 2007: « La politique des occupants italiens à lʹégard des Juifs en France métropolitaine. Humanisme ou pragmatisme? »

Le fascisme italien (2/5) – 14.02.2017

| RTS - Radio Télévision Suisse | Episode du | Durée : 30:02 | RSS | Site Web

L'histoire récente revisitée en cinq épisodes. Une émission de Jean Leclerc. Fichiers audio disponibles durant 30 jour(s) après diffusion. - Pour un usage privé exclusivement.

Le Mussolinisme
Durant cet épisode consacré au fascisme italien, nous nous entretenons avec:
Marie-Anne Matard-Bonucci, professeure dʹHistoire contemporaine à lʹUniversité de Paris 8 et membre de lʹInstitut universitaire de France. Elle est rattachée à lʹInstitut dʹHistoire du temps présent et chercheuse associée au Centre dʹHistoire de Sciences-Po. Ses domaines de recherche sont le fascisme, lʹantisémitisme les phénomènes de violence politique et criminelle, en particulier en Italie.
Parmi ses publications: « LʹItalie fasciste et la persécution des Juifs » (Perrin, 2007; réédition Puf, collection Quadrige, 2012). Elle a dirigé le numéro spécial:  » Antisémitisme(s): un éternel retour? », Revue dʹHistoire moderne et contemporaine, n  62-2-3 , 2015. (dir.) et co-dirigé, « Storia della Shoah in Italia », (2 volumes, 1571 pages, Bologne, UTET, 2010). 
Davide Rodogno, professeur à l’Institut Universitaire de Hautes Etudes Internationales et du Développement de Genève. Ses recherches portent sur les organisations internationales aux XIXe et XXe siècles, la genèse des « interventions humanitaires » XIXe siècle, lʹhistoire de l’action humanitaire et de l’humanitarisme entre les deux guerres mondiales, l’histoire des droits de l’homme, les occupations militaires depuis le Congrès de Vienne, le nationalisme, totalitarisme, autoritarisme et antisémitisme. Nous parlerons entre autre de son article paru aux Presses de Sciences Po en 2007: « La politique des occupants italiens à lʹégard des Juifs en France métropolitaine. Humanisme ou pragmatisme? »
Paul Dietschy, Professeur d’histoire contemporaine à lʹUniversité de Franche-Comté, spécialisé dans le domaine du sport et particulièrement du football, membre du Centre d’histoire contemporaine de l’université de Franche-Comté et directeur du Laboratoire des Sciences Historiques.
Philippe Foro, professeur agrégé, maître de conférences en Histoire contemporaine à l’Université Toulouse II-Le Mirail, chercheur au laboratoire « Patrimoine, Littérature, Histoire » au sein de l’Équipe de recherche sur la Réception de l’Antiquité: Sources, Mémoire, Enjeux (ERASME). Philippe Foro est spécialiste de l’histoire politique et culturelle de l’Italie contemporaine depuis l’Unité et de la réception de l’Antiquité dans l’Italie des XIXe et XXe siècles. Il est notamment l’auteur de « L’Italie fasciste » (Ed. Armand Colin, 2006), « L’Italie de Mussolini et Berlusconi » (en collaboration avec Alberto Bianco, Ed. Milan, 2005), « Les transitions italiennes » (Ed. L’Harmattan, 2004).

Le fascisme italien (1/5) – 13.02.2017

| RTS - Radio Télévision Suisse | Episode du | Durée : 30:12 | RSS | Site Web

L'histoire récente revisitée en cinq épisodes. Une émission de Jean Leclerc. Fichiers audio disponibles durant 30 jour(s) après diffusion. - Pour un usage privé exclusivement.

Faire de l’histoire
Cette semaine, Histoire Vivante se consacre à l’histoire du fascisme italien en compagnie de différents historiens.
Aujourd’hui, nous avons le plaisir d’accueillir:
Marie-Anne Matard-Bonucci, professeure d’Histoire contemporaine à l’Université de Paris 8 et membre de l’Institut universitaire de France. Elle est rattachée à lʹInstitut dʹHistoire du temps présent et chercheuse associée au Centre dʹHistoire de Sciences-Po. Ses domaines de recherche sont le fascisme, lʹantisémitisme les phénomènes de violence politique et criminelle, en particulier en Italie.
Parmi ses publications: « LʹItalie fasciste et la persécution des Juifs » (Perrin, 2007; réédition Puf, collection Quadrige, 2012). Elle a dirigé le numéro spécial: « Antisémitisme(s): un éternel retour? », Revue dʹHistoire moderne et contemporaine, n  62-2-3 , 2015. (dir.) et co-dirigé, « Storia della Shoah in Italia », (2 volumes, 1571 pages, Bologne, UTET, 2010). 
Philippe Foro, professeur agrégé, maître de conférences en Histoire contemporaine à l’Université Toulouse II-Le Mirail, chercheur au laboratoire « Patrimoine, Littérature, Histoire » au sein de l’Équipe de recherche sur la Réception de l’Antiquité: Sources, Mémoire, Enjeux (ERASME). Philippe Foro est spécialiste de l’histoire politique et culturelle de l’Italie contemporaine depuis l’Unité et de la réception de l’Antiquité dans l’Italie des XIXème et XXème siècles. Il est notamment l’auteur de « L’Italie fasciste » (Ed. Armand Colin, 2006), « L’Italie de Mussolini et Berlusconi » (en collaboration avec Alberto Bianco, Ed. Milan, 2005), « Les transitions italiennes » (Ed. L’Harmattan, 2004).

Le cinéma iranien, révolution et création (5/5) – 10.02.2017

| RTS - Radio Télévision Suisse | Episode du | Durée : 29:22 | RSS | Site Web

L'histoire récente revisitée en cinq épisodes. Une émission de Jean Leclerc. Fichiers audio disponibles durant 30 jour(s) après diffusion. - Pour un usage privé exclusivement.

Production et analyse
Nous nous entretenons avec Katayoun Shahabi, première productrice iranienne de cinéma et distributrice internationale indépendante sous la République islamique. Katayoun Shahabi a lancé en 2012 sa société de distribution « Noori Pictures ». Katayoun Shahabi a étudié la littérature française avant de rejoindre, en 1984, la Fondation du cinéma Farabi (FCF). Elle lance dix ans plus tard Cima Media International, destiné à promouvoir des programmes audiovisuels et à coproduire divers documentaires ou longs-métrages de fiction. Elle a créé en 2001 sa propre société, Sheherazad Media International (SMI), qui devient la plus importante société privée de distribution de films iraniens à l’international. Katayoun Shahabi a été membre du jury du Festival de Cannes 2016.
Asal Bagheri, docteure en Sémiologie et linguistique et spécialiste du cinéma iranien. Elle est auteure de la thèse « Les relations homme/femme dans le cinéma iranien postrévolutionnaire, stratégies des réalisateurs; analyse sémiologique » ainsi que plusieurs articles en français, anglais et persan tels que « La représentation de l’infidélité dans le cinéma iranien » publié sur CERI, Sciences Po ou encore « Que dit le cinéma d’Asghar Farhadi de la société iranienne? » Publié dans la revue Moyent-Orient, N° 32. Elle a assuré jusqu’à aujourd’hui plusieurs enseignements dans le domaine de la linguistique, sémiologie et communication dans différentes universités. Son livre « Sentiment, amour et sexualité. Les dilemmes du cinéma iranien de la République Islamique » sera bientôt publié chez L’Harmattan dans la collection « Iran en Transition ».
Dimanche 12 février à 20h30 sur RTS Deux, vous pourrez découvrir « Iran: l’exubérant banquet du shah », un documentaire de Hassan Amini (Danemark, 2016). Rediffusion : mardi 14 février 2017 à  00h10 sur RTS Deux.

Le cinéma iranien, révolution et création (4/5) – 09.02.2017

| RTS - Radio Télévision Suisse | Episode du | Durée : 28:50 | RSS | Site Web

L'histoire récente revisitée en cinq épisodes. Une émission de Jean Leclerc. Fichiers audio disponibles durant 30 jour(s) après diffusion. - Pour un usage privé exclusivement.

Film de genre images de guerre

Aujourd’hui, nous nous entretenons avec Agnès Devictor, historienne du cinéma, Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, chercheure associée à l’UMR Monde iranien et indien et spécialiste du cinéma iranien. Elle est l’auteur de « Politique du cinéma iranien – De l’âyatollâh Khomeyni au président Khâtami » (CNRS, 2004), de « Images, combattants et martyrs, la guerre Iran-Irak vue par le cinéma iranien » (Karthala, 2015), et sortira le mois prochain, « L’Iran mis en scènes » (Espaces & signes).

Jean-Michel Frodon, journaliste, critique de cinéma, enseignant à Sciences Po Paris et à St Andrews (Ecosse). Il a notamment écrit pour Le Monde et dirigé les « Cahiers du Cinéma », il publie à présent sur Slate.fr . Auteur de quelques 25 ouvrages, il a notamment publié  » La Projection nationale. Cinéma et nation » (Odile Jacob, 1998) et dernièrement avec Clément Chéroux « Jafar Panahi: images/nuages » (Filigranes Editions/Centre Pompidou, 2016).

Javad Zeiny, écrivain, cinéaste, enseignant et titulaire d’un doctorat en cinéma (Concordia University-Montréal et Université Paris7). Sa thèse intitulée « Le cinéma iranien, un cinéma national sous influences » est publié chez L’Harmattan en 2015. Javad Zeiny a dix ans quand la révolution se déclenche en Iran; à quinze ans, il tourne son premier film et devient ensuite critique de cinéma pour plusieurs journaux iraniens. Il a écrit des romans et réalisé plusieurs films en Suisse, au Canada aux États-Unis et en France. Il est également depuis 2004, directeur artistique du festival Uninvited à Paris.

Le cinéma iranien, révolution et création (3/5) – 08.02.2017

| RTS - Radio Télévision Suisse | Episode du | Durée : 31:00 | RSS | Site Web

L'histoire récente revisitée en cinq épisodes. Une émission de Jean Leclerc. Fichiers audio disponibles durant 30 jour(s) après diffusion. - Pour un usage privé exclusivement.

Les fondations en action
Durant cet épisode, nous entendrons Agnès Devictor, historienne du cinéma, Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, chercheure associée à l’UMR Monde iranien et indien et spécialiste du cinéma iranien. Elle est l’auteur de « Politique du cinéma iranien – De l’âyatollâh Khomeyni au président Khâtami » (CNRS, 2004), de « Images, combattants et martyrs, la guerre Iran-Irak vue par le cinéma iranien » (Karthala, 2015), et sortira le mois prochain, « L’Iran mis en scènes » (Espaces & signes).
Jean-Michel Frodon, journaliste, critique de cinéma, enseignant à Sciences Po Paris et à St Andrews (Ecosse). Il a notamment écrit pour Le Monde et dirigé les « Cahiers du Cinéma », il publie à présent sur Slate.fr . Auteur de quelques 25 ouvrages, il a notamment publié  » La Projection nationale. Cinéma et nation » (Odile Jacob, 1998) et dernièrement avec Clément Chéroux « Jafar Panahi: images/nuages » (Filigranes Editions/Centre Pompidou, 2016).