“Hommage à Serge Merlin”

| France Culture | Episode du | Durée : 00:19:33 | RSS | Site Web

Redonner toute leur place aux grandes oeuvres du patrimoine théâtral

durée : 00:19:33 – Fictions / Théâtre et Cie – Nous continuons avec Serge Merlin à qui nous rendons hommage ce soir, disparu en février dernier.

“Auslöschung, Extinction” de Thomas Bernhard

| France Culture | Episode du | Durée : 01:27:33 | RSS | Site Web

Redonner toute leur place aux grandes oeuvres du patrimoine théâtral

durée : 01:27:33 – Fictions / Théâtre et Cie – "Nous rendons hommage ce soir à Serge Merlin, qui nous a quittés le 16 février dernier"

“Proses”

| France Culture | Episode du | Durée : 00:57:51 | RSS | Site Web

Redonner toute leur place aux grandes oeuvres du patrimoine théâtral

durée : 00:57:51 – Fictions / Théâtre et Cie – "Un pont entre le rap et la poésie !"

“Une journée avec Abd Al Malik”

| France Culture | Episode du | Durée : 00:59:52 | RSS | Site Web

Redonner toute leur place aux grandes oeuvres du patrimoine théâtral

durée : 00:59:52 – Fictions / Théâtre et Cie – "Abd Al Malik nous invite à questionner « l’identité nègre ». A travers trois auteurs, Aimé Césaire, Léopold Sédar Senghor et Edouard Glissant. A travers leurs engagements poétiques et politiques… ! "

“La terre, le feu, l’eau et les vents”

| France Culture | Episode du | Durée : 01:57:43 | RSS | Site Web

Redonner toute leur place aux grandes oeuvres du patrimoine théâtral

durée : 01:57:43 – Fictions / Théâtre et Cie – "Soirée Edouard Glissant"

“La création du soulier de satin” de Paul Claudel

| France Culture | Episode du | Durée : 00:56:23 | RSS | Site Web

Redonner toute leur place aux grandes oeuvres du patrimoine théâtral

durée : 00:56:23 – Fictions / Théâtre et Cie – "Sous l’Occupation, la première représentation du Soulier de satin de Paul Claudel à la Comédie-Française en novembre 1943"

“Lettres à Ysé” de Paul Claudel

| France Culture | Episode du | Durée : 00:57:11 | RSS | Site Web

Redonner toute leur place aux grandes oeuvres du patrimoine théâtral

durée : 00:57:11 – Fictions / Théâtre et Cie – "Elle a été la seule femme que j’ai passionnément aimée, celle qui a joué dans ma vie tout le rôle qu’une femme pouvait y jouer. » Paul Claudel"

“Le début de l’A”

| France Culture | Episode du | Durée : 00:29:21 | RSS | Site Web

Redonner toute leur place aux grandes oeuvres du patrimoine théâtral

durée : 00:29:21 – Fictions / Théâtre et Cie – "Amour encore et toujours…"

Tristan et Iseut adapté par Hervé Prudon

| France Culture | Episode du | Durée : 01:27:41 | RSS | Site Web

Redonner toute leur place aux grandes oeuvres du patrimoine théâtral

durée : 01:27:41 – Tristan et Iseut adapté par Hervé Prudon – Le Tristan et Iseut proposé ici s’inspire du travail de Joseph Bédier qui réunit à la fin du XIXe siècle des textes épars et anonymes du moyen-âge, joints à ceux du Normand Béroul et à ceux de Thomas d’Angleterre. Tristan et Iseut est la légende fondatrice de l’amour courtois. L’histoire est connue. Orphelin, mais vaillant, Tristan de Loonois est recueilli par son oncle le roi Marc, et aussitôt haï par les barons de Cornouailles. Il accomplit des exploits guerriers et son oncle l’envoie chercher une fiancée au-delà des mers. Il revient d’Irlande avec Iseut la Blonde. Mais lors de la traversée, Tristan et Iseut ont bu pour leur malheur le philtre d’amour qui unit à jamais ceux qui le prennent. Dès lors, malgré leur fidélité au roi Marc, ils ne peuvent se défaire l’un de l’autre. Le roi lui-même, très juste, ne cesse de les rejeter et de les recueillir, tant il les sait loyaux. Mais les barons les persécutent et ils sont exilés, condamnés, ils souffrent de la faim et de la soif, de la séparation, pire que tout. Enfin Tristan s’éloigne pour préserver la reine et après une longue route il rencontre Iseut aux Blanches Mains, qui devient sa femme. Mais il tombe malade et son beau-frère part chercher Iseut la Blonde. Il la ramène trop tard, car la jalousie d’Iseut aux Blanches Mains empêche les deux amants de se revoir vivants. Iseut meurt près du corps de Tristan. Leur amour leur survit dans les branches entrelacées de deux arbres plantés de part et d’autre d’une chapelle. Tristan avait beau être le plus vaillant des chevaliers, celui qui avait vaincu des géants et des dragons, et Iseut avait beau être reine et fille de roi, fière et loyale, l’amour était bien plus fort qu’eux. C’est cet amour que raconte le roman de Tristan et Iseut. Cet incurable amour. La beauté du texte tient dans son extrême simplicité, malgré l’abondance des récits guerriers et des déclarations courtoises. Les situations redondantes ou inutiles ont été supprimées. Les dialogues sont nombreux, qu’il s’agisse de défis tonitruants ou de tendres aveux. Le langage y est une charmante reconstitution du langage moyenâgeux qui serait aujourd’hui illisible sinon par des médiévistes achevés. Enfin, il s’agit bien ici d’un vrai roman, riche en péripéties et en sentiments. Tout y est sublimé : la naïveté narrative, la bravoure, la loyauté, et l’amour. Et il n’est pas interdit d’y entendre quelque chose d’éternel.

“On n’est pas sérieux…” 2ème partie

| France Culture | Episode du | Durée : 01:57:21 | RSS | Site Web

Redonner toute leur place aux grandes oeuvres du patrimoine théâtral

durée : 01:57:21 – Fictions / Théâtre et Cie – "Traversée littéraire et subjective depuis l’Antiquité jusqu’au 21ème siècle"