“On n’est pas sérieux…” 1ère partie

| France Culture | Episode du | Durée : 01:52:38 | RSS | Site Web

Redonner toute leur place aux grandes oeuvres du patrimoine théâtral

durée : 01:52:38 – Fictions / Théâtre et Cie – "Traversée littéraire et subjective depuis l’Antiquité jusqu’au XXIe siècle"

Bérénice de Racine

| France Culture | Episode du | Durée : 01:47:36 | RSS | Site Web

Redonner toute leur place aux grandes oeuvres du patrimoine théâtral

durée : 01:47:36 – Bérénice de Racine – " Titus, qui aimait passionnément Bérénice, et qui même, à ce qu’on croyait, lui avait promis de l’épouser, la renvoya de Rome, malgré lui et malgré elle, dès les premiers jours de son empire. Cette action est très fameuse dans l’histoire, et je l’ai trouvée très propre pour le théâtre, par la violence des passions qu’elle y pouvait exciter. [.] Le dernier adieu que [Bérénice] dit à Titus, et l’effort qu’elle se fait pour s’en séparer, n’est pas le moins tragique de la pièce, et j’ose dire qu’il renouvelle assez bien dans le cour des spectateurs l’émotion que le reste y avait pu exciter. Ce n’est point une nécessité qu’il y ait du sang et des morts dans une tragédie ; il suffit que l’action en soit grande, que les acteurs en soient héroïques, que les passions y soient excitées, et que tout s’y ressente de cette tristesse majestueuse qui fait tout le plaisir de la tragédie." Extrait de la préface de Racine.

“Esther” de Racine

| France Culture | Episode du | Durée : 01:44:52 | RSS | Site Web

Redonner toute leur place aux grandes oeuvres du patrimoine théâtral

durée : 01:44:52 – Fictions / Théâtre et Cie – "Musique et texte, tragédie et opéra, se rencontrent dans Esther, pièce commandée en 1689 par madame de Maintenon. Ce qui était au départ une commande est devenu une expérience poétique et musicale, que le talent des Comédiens, des musiciens et des solistes nous permettent de partager avec vous"

Georges Perros, Jean Vilar, voisins d’éternité..mini concert de Miossec

| France Culture | Episode du | Durée : 00:13:01 | RSS | Site Web

Redonner toute leur place aux grandes oeuvres du patrimoine théâtral

durée : 00:13:01 – Georges Perros, Jean Vilar, voisins d’éternité..mini concert de Miossec – Enregistrement le Lundi 16 juillet 2012 en public au Musée Calvet du festival d’Avignon Réalisation : Cédric Aussir Conseillère littéraire : Caroline Ouazana Avec Jeanne Moreau Poèmes de Georges Perros mis en musique par Miossec Prose, lettres, poèmes lus par Denis Lavant Accompagnés de Thomas Schaettel (claviers), Goulven Hamel (guitare), Alex Tual (percussions), Jacques Auvergne (contrebasse). Georges Perros est né à Paris en 1923, et il est mort à Paris le 24 janvier 1978. Il commença sa vie d’artiste par le théâtre : il entra à la Comédie-Française puis dans la troupe de Jean Vilar. Un jour, il prit la moto que lui avait offerte Jeanne Moreau, et il quitta la Seine et l’Oise de bon matin pour s’installer à Douarnenez, où il vécut avec sa compagne Tatiana et leurs trois enfants. Là en Bretagne, il continua à travailler pour Jean Vilar et le TNP, comme lecteur. Ainsi il lisait les manuscrits arrivés de Chaillot (il n’en a jamais retenu un seul) et envoyait à Jean Vilar des notes de lecture. En Bretagne, il devint l’auteur des Papiers collés, des Poèmes bleus, d’Une vie ordinaire. C’est ce titre que le chanteur Miossec avait choisi lors d’une première soirée au Quartz de Brest avec France Culture en décembre dernier, dans le cadre du festival Longueurs d’ondes, pour dire le lien profond qui l’unit à Georges Perros. Pour le Festival d’Avignon, il a souhaité faire connaitre les textes écrits par Perros sur le théâtre et mettre en lumière la relation forte qui unissait Perros à Jean Vilar et Gérard Philipe. Pour la première fois, Miossec et Denis Lavant se réunissent pour cette création radiophonique en public. En partenariat avec la SACD et la scène nationale du Quartz à Brest Remerciements à Frédéric Poulot Equipe technique : Stéphane Desmonds, Manon Houssin, Frédéric Changenet (sonorisateur) Assistante à la réalisation : Marie Plaçais

Carte Blanche à Jacques Gamblin – Festival Longueur d’Ondes 2014

| France Culture | Episode du | Durée : 01:44:07 | RSS | Site Web

Redonner toute leur place aux grandes oeuvres du patrimoine théâtral

durée : 01:44:07 – Carte Blanche à Jacques Gamblin – Festival Longueur d’Ondes 2014 – Enregistré en public dans le cadre du festival Longueur d’ondes le 14 février 2014 au Quartz scène nationale de Brest Au fil de cette Carte Blanche qui lui est consacrée, Jacques Gamblin auteur et lecteur, nous propose un large choix de ses textes inédits. Il nous invite à une dérive joyeuse et émouvante au fil de ses écrits, aux tonalités et aux univers variés : drôles, intimes, personnels, poétiques, sarcastiques, etc., et finalement tous plus inclassables les uns que les autres. Pour cette soirée, il a choisi d’être accompagné par les musiciens de La Fanfare Saugrenue, au répertoire original et éclectique, intégrant tous les courants des musiques actuelles, une fanfare énergique et festive, joyeusement baroque et délicatement sophistiquée.

L’écume des jours de Boris Vian

| France Culture | Episode du | Durée : 01:56:02 | RSS | Site Web

Redonner toute leur place aux grandes oeuvres du patrimoine théâtral

durée : 01:56:02 – L’écume des jours de Boris Vian – Adaptation : Collectif de la Bouée. A l’occasion du cinquantenaire de la disparition de Boris Vian. […] L’écume des jours, roman ellingtonien et éternel, nous envoûte par son mélange d’innocence joyeuse et de cruauté féroce, de sensualité pure, sublimée par le jazz, et de dénonciation du travail servile et de l’argent maudit, de l’émerveillement de vivre et de l’immémoriale peine d’amour. La séduction de L’Écume des jours tient donc à l’accord d’un langage et d’une vision, à l’harmonie d’un style swing avec un univers fantastique, nourri de surréalisme et d’onirisme. La gloire de cette oeuvre vient aussi de sa modernité adolescente et éternelle, mêlant tendresse et anarchie, passion et humour grinçant […]. Gilbert Pestureau. Le Collectif La Bouée a reçu l’aide à la création dramatique du CNT en 2008 pour l’adaptation de L’Écume des jours.

“Des jours et des nuits à Chartres” de Henning Mankell

| France Culture | Episode du | Durée : 01:58:33 | RSS | Site Web

Redonner toute leur place aux grandes oeuvres du patrimoine théâtral

durée : 01:58:33 – Fictions / Théâtre et Cie – "Le point de départ de cette pièce est une photo de Robert Capa, prise au printemps 1945, à la fin de l’occupation allemande"

Leonard Bernstein, La question sans réponse (The Unanswered Question)

| France Culture | Episode du | Durée : 02:00:18 | RSS | Site Web

Redonner toute leur place aux grandes oeuvres du patrimoine théâtral

durée : 02:00:18 – Fictions / Théâtre et Cie – "Dans ce concert-fiction imaginé avec l’Orchestre National de France et Lambert Wilson, Leonard Bernstein est le héros d’une unique conférence-spectacle mise en musique pour la radio et la scène"

Pelléas et Mélisande de Maurice Maeterlinck

| France Culture | Episode du | Durée : 01:29:21 | RSS | Site Web

Redonner toute leur place aux grandes oeuvres du patrimoine théâtral

durée : 01:29:21 – Pelléas et Mélisande de Maurice Maeterlinck – Ecrit en 1892, Pelléas et Mélisande relate l’histoire d’amour impossible vécue entre Pelléas et Mélisande, sous les yeux de l’époux de cette dernière, Golaud. L’histoire se déroule à Allemonde, lieu indéterminé, à une époque tout aussi indéterminée. Ce drame intemporel a marqué le théâtre symboliste mais aussi la composition musicale des débuts du XXème siècle. Dès 1898, Gabriel Fauré écrit une musique de scène pour la version anglaise du drame, lors des premières représentations londoniennes. Denis Podalydès et Louis Langrée ont rêvé ensemble une version de la pièce qui mêlerait la musique de Gabriel Fauré au texte original de Maeterlinck. Sous la direction de Louis Langrée, l’Orchestre National de France interprète l’ouvre de Gabriel Fauré qui vient s’articuler à la mise en jeu du texte imaginée par Denis Podalydès. L’ensemble crée une version inédite de Pelléas et Mélisande. A son écoute, se révèlent de nouveaux sens et de nouvelles sensations.

Le trésor des humbles de Maurice Maeterlinck

| France Culture | Episode du | Durée : 00:27:22 | RSS | Site Web

Redonner toute leur place aux grandes oeuvres du patrimoine théâtral

durée : 00:27:22 – Fictions / Théâtre et Cie – "La vie est grave et au fond de notre être, notre âme n’a pas encore sourie" Maurice Maeterlinck.
Extrait de quelques lectures par Denis Podalydès, de la Comédie Française"