“Paris, Texas”, Wim Wenders, 1984 – 14.10.2018

| RTS - Radio Télévision Suisse | Episode du | Durée : 53:22 | RSS | Site Web

Travelling, un déplacement de caméra pour tout connaître de l'histoire du cinéma! Une émission de Catherine Fattebert. Fichiers audio disponibles durant 30 jour(s) après diffusion. - Pour un usage privé exclusivement.

Un road-movie familial, lʹhistoire dʹun homme porté disparu depuis 4 ans, recueilli par son frère, qui va retrouver son fils quʹil nʹa pas vu grandir et son ex-femme.

Splendeur de la désolation, du mutisme, de lʹerrance, de lʹamour, « Paris, Texas » de Wim Wenders obtient la Palme dʹor au Festival de Cannes en 1984.

“Tenue de Soirée”, Bertand Blier, 1986 – 07.10.2018

| RTS - Radio Télévision Suisse | Episode du | Durée : 53:09 | RSS | Site Web

Travelling, un déplacement de caméra pour tout connaître de l'histoire du cinéma! Une émission de Catherine Fattebert. Fichiers audio disponibles durant 30 jour(s) après diffusion. - Pour un usage privé exclusivement.

Putain de Film! Cʹest avec ce slogan que « Tenue de soirée » attire lʹattention des badauds, et de la presse, provoquant un raz-de-marée au parfum de scandale avant même sa sortie.
« Tenue de soirée », cʹest un film de Bertrand Blier, avec Gérard Depardieu, Michel Blanc et Miou-Miou.

11e film du réalisateur français, « Tenue de soirée » cache, derrière son titre dʹaccroche, une histoire dʹamour à trois.

La vie de Brian (Life of Brian), Terry Jones, 1979 – 30.09.2018

| RTS - Radio Télévision Suisse | Episode du | Durée : 53:30 | RSS | Site Web

Travelling, un déplacement de caméra pour tout connaître de l'histoire du cinéma! Une émission de Catherine Fattebert. Fichiers audio disponibles durant 30 jour(s) après diffusion. - Pour un usage privé exclusivement.

« La Vie de Brian », « Life of Brian », raconte lʹhistoire de Brian Cohen, né dans une étable avoisinante dʹun autre bébé, tous deux le même jour, à la même heure.
Lʹautre bébé étant Jésus de Nazareth, lʹhistoire de Brian va se retrouvée mêlée à celle du Christ dans un imbroglio délirant.
« La Vie de Brian » est un film de Terry Jones, avec au scénario lʹentier des Monty Python, à savoir: Terry Gilliam, John Cleese, Graham Chapman, Michael Palin, Eric Idle et Terry Jones, évidemment.

Gilda, Charles Vidor, 1946 – 23.09.2018

| RTS - Radio Télévision Suisse | Episode du | Durée : 53:48 | RSS | Site Web

Travelling, un déplacement de caméra pour tout connaître de l'histoire du cinéma! Une émission de Catherine Fattebert. Fichiers audio disponibles durant 30 jour(s) après diffusion. - Pour un usage privé exclusivement.

Gilda, de Charles Vidor, sorti en 1946, va propulser Rita Hayworth dans les mythes du Septième art, qui va lʹinscrire comme Sex-Symbol, et la rendre éternelle.
Elle y interprète une femme fatale, tiraillée entre deux hommes. Inoubliable.

Elephant Man, David Lynch, 1981 – 16.09.2018

| RTS - Radio Télévision Suisse | Episode du | Durée : 53:35 | RSS | Site Web

Travelling, un déplacement de caméra pour tout connaître de l'histoire du cinéma! Une émission de Catherine Fattebert. Fichiers audio disponibles durant 30 jour(s) après diffusion. - Pour un usage privé exclusivement.

John Merrick est un être difforme, atteint du syndrome de Protée, une maladie rarissime et incurable.

John Merrick, c’est lʹhomme éléphant, dans le film de David Lynch sorti en 1980, « Elephant Man ».

“Opération Dragon”, Robert Clouse, 1973 – 09.09.2018

| RTS - Radio Télévision Suisse | Episode du | Durée : 53:20 | RSS | Site Web

Travelling, un déplacement de caméra pour tout connaître de l'histoire du cinéma! Une émission de Catherine Fattebert. Fichiers audio disponibles durant 30 jour(s) après diffusion. - Pour un usage privé exclusivement.

« Opération Dragon » (« Enter The Dragon » en anglais) est un film dʹaction. Plus précisément, un film de kung-fu qui impose Bruce Lee comme une star internationale.
Réalisé par Robert Clouse en 1973, « Opération Dragon » reprend à la mode hollywoodienne, les codes des films de Hong-Kong.

“Coup de torchon”, 1981, Bertrand Tavernier – 02.09.2018

| RTS - Radio Télévision Suisse | Episode du | Durée : 53:34 | RSS | Site Web

Travelling, un déplacement de caméra pour tout connaître de l'histoire du cinéma! Une émission de Catherine Fattebert. Fichiers audio disponibles durant 30 jour(s) après diffusion. - Pour un usage privé exclusivement.

En 1981, Bertrand Tavernier fait « Coup de torchon » avec la crème du cinéma français de lʹépoque: Isabelle Huppert, Stéphane Audran, Philippe Noiret, Jean-Pierre Marielle, Guy Marchand et Eddy Mitchell.
Une histoire noire, un polar dans lʹAfrique française coloniale en 1938.
Une histoire adaptée de Jim Thompson grâce à un grand nom du cinéma français, Jean Aurenche.

“The Servant”, Joseph Losey, 1963 – 26.08.2018

| RTS - Radio Télévision Suisse | Episode du | Durée : 53:34 | RSS | Site Web

Travelling, un déplacement de caméra pour tout connaître de l'histoire du cinéma! Une émission de Catherine Fattebert. Fichiers audio disponibles durant 30 jour(s) après diffusion. - Pour un usage privé exclusivement.

« The Servant » (Le Domestique), de Joseph Losey, sorti en 1963 est certainement un des plus grands succès du réalisateur américain.
Cʹest une histoire de rapports troubles entre un serviteur, magistralement interprété par Dirk Bogarde, et son maître, James Fox.

Travelling – 13.07.2018

| RTS - Radio Télévision Suisse | Episode du | Durée : 55:12 | RSS | Site Web

Travelling, un déplacement de caméra pour tout connaître de l'histoire du cinéma! Une émission de Catherine Fattebert. Fichiers audio disponibles durant 30 jour(s) après diffusion. - Pour un usage privé exclusivement.

Œuvrant dans un restaurant luxueux, un Cuisinier apprête avec génie des mets sublimes et raffinés que bâfre aussitôt celui que lʹon appellera le voleur.
Ce Voleur, cʹest Albert.
Un être violent. bestial et vulgaire.
Un truand, propriétaire des lieux, qui vient manger tous les soir dans son restaurant avec ses sbires.
A ses côtés, il y a son épouse Georgina.
Une jolie femme résignée qui subit également les maltraitances et les grossièretés de son mari.
Un jour, la femme noue une liaison avec un voisin de table, un délicieux et tout doux bibliothécaire.
Lʹantithèse du mari.
le Cuisinier « couvre » sans hésitation la Femme du Voleur, lorsque celle-ci se réfugie dans les toilettes pour aimer à la sauvette le bibliothécaire.
Mais le mari truand a bientôt vent de cet adultère.
Il se venge en torturant lʹamant en lui faisant manger ses livres.
Mais si la vengeance du voleur est atroce, sa punition lʹest aussi, donnée par la femme et le cuisinier qui cuisineront lʹamant et le donneront à manger au voleur.

Greenaway veut voir jusquʹoù on peut repousser les limites de ce quʹon peut regarder sur lʹécran.
Pour cela, il utilise la métaphore de la bonne chair…chair qui peut être faible ou matière périssable, mais dʹabord consommable.
Le tout se corse au dessert.
La pièce-montée de cette allégorie culinaire nʹest autre que lʹamant farci de nourriture intellectuelle, trucidé, praliné, enrobée des pieds à la tête dʹune gelée délicate, mais la surprise du chef ce nʹest pas lui, car le dindon de la farce est le voleur.
Le cannibalisme, nous dit Greenaway, est sans doute la plus grande obscénité quʹun être humain puisse pratiquer sur son semblable : une proposition sauvage, le plus souvent traitée avec une incrédulité amusée, pour masquer son désarroi quʹelle suscite
Dans le Cuisinier, le voleur, sa femme et son amant, notre réalisateur nous offre un drame en forme de fable dont la dramatique est à chercher du côté de Shakespeare.
A la manière dʹune pièce de théâtre, le scénario est structuré sous la forme dʹune construction en dix actes : dix soirs, dix repas, dix menus.
Nous assistons à 10 repas pendant lesquels les rapports se dégradent entre les quatre personnages, le cuisinier dans son restaurant, et le trio adultère classique qui vient y prendre ses repas.
Ces relations montent en obscénité et en cruauté tout au long du film.
Le résultat est une espèce de vaudeville philosophique
Peter Greenaway met les petits plats dans les grands avec son génie du décorum, des espaces en trompe-lʹœil, son esthétisme baroque dont il maquille son sujet favori : lʹindividu prisonnier de son existence où tout nʹest que dégustation, déglutition, et putréfaction.

POUR LE NET

Pour Peter Greenaway, « le cinema est mort ». Celà ne lʹempêche pourtant pas dʹavoir plusieurs projets en chantier, allant d’un film au Mexique sur Eisenstein à un remake de Mort à Venise.
Cineuropa a rencontré le plus européen des cinéastes britanniques à l’occasion de sa masterclass donnée dans le cadre du 10e Brussels Film Festival .

Une auto-interview de Jean-Paul Gaultier du 11 février 1989.

Suite de l’entretien entre Thierry ARDISSON et l’acteur Richard BOHRINGER à l’occasion de la sortie du film « Le cuisinier, le voleur, sa femme et son amant » de Peter GREENAWAY. Ils évoquent son parcours, ses livres, les journalistes, Patrick SABATIER et terminent l’entretien avec une interview Up & down.

http://cursus.edu/institutions-formations-ressources/formation/20398/lecon-film-4-couleurs/#.VxOHiChpZOx
peter Greenaway sur les couleurs

une archive RTS

Travelling – 12.07.2018

| RTS - Radio Télévision Suisse | Episode du | Durée : 55:24 | RSS | Site Web

Travelling, un déplacement de caméra pour tout connaître de l'histoire du cinéma! Une émission de Catherine Fattebert. Fichiers audio disponibles durant 30 jour(s) après diffusion. - Pour un usage privé exclusivement.

Le Trésor de la Sierra Madre est un film dʹaventure avec une chasse au trésor, trois chercheurs dʹor et une traversée des montagnes mexicaines, bref un film philosophique où lʹor finit par corrompre les esprits et tout détruire.
Cʹest un classique de John Huston, avec Humphrey Bogart, Tim Holt et Walter Huston, sorti en 1948.
Premier film hollywoodien à être presque entièrement tourné en extérieurs sous le soleil mexicain, le Trésor de la Sierra Madre est un classique toujours aussi efficace.
John Huston réussi à dramatiser une simple aventure dʹune écrasante banalité.
Il démystifie lʹépopée de la ruée vers lʹor.
Les héros du film sont des anti-héros qui tentent de revivre une aventure idéalisée par les récits anciens, mais ils apprennent douloureusement que la vraie richesse ne réside pas dans quelques sacs de poussière blonde.
John Huston reçoit lʹoscar en 1949 du meilleur réalisateur, tandis que son père, Walter, dirigé par son fils, celui du meilleur second rôle.
Travelling vous raconte lʹhistoire de ce tournage, Bogart, et évoque également lʹauteur du livre à lʹorigine du film, un auteur se cachant complètement derrière un pseudonyme, et nous parlerons un peu de Bogart.

John Huston par John Huston, édition Pygmalion, 1982

Robert Benayoun, John Huston, coll. Les Cinéastes, Editions Pierre Lherminier, 1985

Humphrey Bogart et Lauren Baccal à Paris

Lauren Baccal sur Humphrey Bogart