Nouveau monde du mardi 14 août 2018

| France Info | Episode du | Durée : 00:02:36 | RSS | Site Web

Jérôme Colombain s'intéresse aux innovations, aux produits high-tech, aux nouvelles technologies. Eclairage sur le monde virtuel et technologique.

durée : 00:02:36 – Nouveau monde – par : Jérôme COLOMBAIN

Nouveau monde 13.08.2018

| France Info | Episode du | Durée : 00:02:36 | RSS | Site Web

Jérôme Colombain s'intéresse aux innovations, aux produits high-tech, aux nouvelles technologies. Eclairage sur le monde virtuel et technologique.

durée : 00:02:36 – Nouveau monde – par : Jérôme COLOMBAIN

Photophorèse 3D (Rediffusion)

| | Episode du | Durée : 2:12 | RSS | Site Web

Comment et pourquoi le progrès et l'innovation technologique modifient-ils notre quotidien ? Dominique Desaunay met l’accent sur les initiatives locales, donne la parole à ceux qui imaginent notre avenir, et propose une immersion au cœur même de la civilisation «numérique» mondiale.

Une nouvelle technique d’imagerie vient d’être mise au point aux États-Unis permettant de simuler les effets des hologrammes. Les images générées en trois dimensions par le dispositif des chercheurs semblent réellement flotter dans les airs. Mais ne vous y trompez pas ! Ce relief artificiel que nous pouvons apprécier de tous les côtés n’est qu’une formidable illusion qui gruge nos sens et notre cerveau.
Toutes les technologies 3D, dites stéréoscopiques, permettent d’afficher sur un écran des images en relief avec ou sans lunettes spécialisées. Comment ça fonctionne ? Un filtre optique transmet une image à votre œil gauche, un point de vue qui sera légèrement décalé par rapport à ce que reçoit votre œil droit. C’est une formidable illusion qui gruge nos yeux et surtout notre cerveau.
Ce procédé est souvent confondu avec une autre technique pour générer de véritables images en relief, appelée hologramme. Le mot qui tire son origine du grec ancien, est composé d’« holos » voulant dire entier et de « graphein » signifiant écriture. Il désigne des plaques photos en 2D particulières sur lesquelles deux rayons lasers se croisent en créant des interférences. Mais contrairement aux films en relief, nos méninges dans ce cas ne sont pas dupées, les images générées par cet artefact lumineux existent quand bien même on ne les regarderait pas.
Les chercheurs de l’université de Brigham Young aux Etats-Unis ont préféré peaufiner la méthode des illusionnistes. Ces spécialistes de l’optique ont réussi à créer une image en relief flottante, qui est observable sur toutes les coutures, imitant ainsi les effets des clichés holographiques. Leur procédé, qui se base sur la « photophorèse », consiste à déplacer rapidement à l’aide de rayons lasers quasi indiscernables, une petite poussière de cellulose en suspension. Abracadabra ! En projetant des faisceaux saccadés de lumière visible, de rouge, de vert et de bleu sur cette particule aérienne aux mouvements fortement accélérés mais parfaitement contrôlés, les chercheurs sont parvenus à sculpter dans les airs une image 3D en couleur. Cet écran « volumétrique », composé d’une seule particule permet d’afficher la représentation d’un objet complet en s’appuyant sur le phénomène naturel de la persistance rétinienne. Une propriété oculaire qui permet de conserver un bref instant une image fixe qui se superpose aux suivantes.
Les chercheurs américains en présentant leur prototype imaginent déjà les applications concrètes de leur procédé dans les domaines de la télémédecine, de l’industrie, de la publicité sans oublier le divertissement. Car avec cette technologie simili-holographique, c’est tout l’imaginaire des films de science-fiction, comme la Guerre des étoiles, qui s’invite aujourd’hui dans notre réalité. Un dispositif qui nous permettra bientôt de reprendre tous en chœur la réplique culte de princesse Leia dans l’épisode IV, le premier opus de la saga Star Wars diffusé au cinéma : « Au secours, Obi-Wan Kenobi. Vous êtes mon seul espoir ! »
Vous avez des questions ou des suggestions vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

Des oreillettes polyglottes (Rediffusion)

| | Episode du | Durée : 2:3 | RSS | Site Web

Comment et pourquoi le progrès et l'innovation technologique modifient-ils notre quotidien ? Dominique Desaunay met l’accent sur les initiatives locales, donne la parole à ceux qui imaginent notre avenir, et propose une immersion au cœur même de la civilisation «numérique» mondiale.

La traduction instantanée de la voix en passant par les systèmes de reconnaissances vocales ne cesse de s’améliorer. « Les langues n’auront peut-être bientôt plus de frontières », affirment les concepteurs d’oreillettes traductrices, en référence au mythe de la Tour de Babel. En se connectant à distance aux programmes spécialisés de l’intelligence artificielle, leurs dispositifs permettent déjà de dialoguer en temps réel avec un interlocuteur étranger.
Selon divers récits bibliques, les habitants de Babylone en Mésopotamie ne parlaient autrefois qu’une seule langue et ne formaient qu’un seul peuple. « Allons ! », décidèrent-ils de leur propre chef : « Bâtissons une tour dont le sommet pénètre les cieux ! ». Mais Babel déplut à Dieu, quand il s’aperçut que des humains bouffis d’orgueil piétinaient joyeusement ses plates-bandes célestes. En représailles, notre divinité suprême décida de les punir en imposant aux hommes de parler dans des langues différentes.
Quelques millénaires plus tard, on peut constater que la manœuvre divine qui consistait à diviser, pour mieux régner sur son prochain, par le verbe, a partiellement échoué. Les gratte-ciels envahissent nos paysages et le développement des réseaux informatiques neuronaux nous permet sérieusement d’envisager l’abolition prochaine des barrières de la langue, quand nous voyageons à l’étranger. Ces systèmes qualifiés d’intelligents ont la particularité d’être auto-apprenants en recoupant et croisant des montagnes de données. Couplés aux dispositifs de reconnaissances vocales, ils sont capables de décrypter en profondeur n’importe quel langage.
Restait un problème à régler, celui de connecter à distance ces interprètes virtuels, mais hors pair, à d’éventuels utilisateurs. Et c’est fait ! Comme le démontre la mise sur le marché high-tech des oreillettes traductrices. Leur principe de fonctionnement est simple, des écouteurs, pour la plupart sans fil, sont reliés à votre smartphone préalablement équipé d’une application dédiée.
Leur micro intégré transmet en direct vos conversations à des centres informatiques spécialisés. En quasi simultané, le dispositif vocalise dans votre langue vos échanges verbaux. Ces oreillettes sont fournies en général par paire, une pour votre interlocuteur et une autre pour vous.
Les systèmes du Britannique Mymanu, les Pixel Buds de Google et les Pilot de la jeune pousse Waverly Labs, figurent parmi les plus avancés technologiquement. Avec quelques bémols toutefois, la qualité des transcriptions ne serait pas toujours au rendez-vous, les modèles de smartphone imposés par les concepteurs d’oreillettes restreignent leur utilisation et la bibliothèque des langues disponibles est bien souvent limitée.
Mais ce marché naissant de la traduction « augmentée  », préfigure ce que sera la communication de demain, forcément universelle, quand notre langue maternelle n’aura plus jamais de frontières.
Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

Nouveau monde. Comment transférer ses données vers un autre smartphone Android ou iPhone ?

| France Info | Episode du | Durée : 00:02:27 | RSS | Site Web

Jérôme Colombain s'intéresse aux innovations, aux produits high-tech, aux nouvelles technologies. Eclairage sur le monde virtuel et technologique.

durée : 00:02:27 – Nouveau monde – par : Jérôme COLOMBAIN – Des conseils pour mieux vivre le numérique tout l’été sur franceinfo. Aujourd’hui, comment faire pour transférer ses données d’un smartphone Android à un iPhone, ou l’inverse ?

Nouveau monde. Que faire en cas de perte ou de vol de son smartphone ?

| France Info | Episode du | Durée : 00:02:27 | RSS | Site Web

Jérôme Colombain s'intéresse aux innovations, aux produits high-tech, aux nouvelles technologies. Eclairage sur le monde virtuel et technologique.

durée : 00:02:27 – Nouveau monde – par : Jérôme COLOMBAIN – Cet été, intéressons-nous au numérique du point de vue pratique avec quelques conseils. Jeudi, franceinfo vous indique la démarche à suivre en cas de perte ou de vol de votre téléphone.

Nouveau monde. Comment régler ses achats avec son smartphone ?

| France Info | Episode du | Durée : 00:02:33 | RSS | Site Web

Jérôme Colombain s'intéresse aux innovations, aux produits high-tech, aux nouvelles technologies. Eclairage sur le monde virtuel et technologique.

durée : 00:02:33 – Nouveau monde – par : Jérôme COLOMBAIN – Cet été, intéressons-nous au numérique du point de vue pratique avec quelques conseils. Les récents smartphones permettent aujourd’hui d’effectuer, à l’image de certaines cartes bancaires, des achats par paiement sans contact. Quelles en sont les conditions ?

Nouveau monde. Comment augmenter la portée de son réseau Wi-Fi ?

| France Info | Episode du | Durée : 00:02:35 | RSS | Site Web

Jérôme Colombain s'intéresse aux innovations, aux produits high-tech, aux nouvelles technologies. Eclairage sur le monde virtuel et technologique.

durée : 00:02:35 – Nouveau monde – par : Jérôme COLOMBAIN – Tout l’été on vous aide à mieux vivre le numérique du côté pratique. Franceinfo vous aide à étendre la portée de votre réseau Wi-Fi domestique.

Nouveau monde. La traduction automatique pour faciliter la communication à l’étranger

| France Info | Episode du | Durée : 00:02:29 | RSS | Site Web

Jérôme Colombain s'intéresse aux innovations, aux produits high-tech, aux nouvelles technologies. Eclairage sur le monde virtuel et technologique.

durée : 00:02:29 – Nouveau monde – par : Jérôme COLOMBAIN – Tout l’été on vous aide à mieux vivre le numérique du côté pratique. Lundi, franceinfo vous fait découvrir plusieurs logiciels de traduction automatique qui pourraient faciliter vos échanges à l’étranger.

Metalenses, lentille optique plate et parfaite (rediffusion)

| | Episode du | Durée : 2:49 | RSS | Site Web

Comment et pourquoi le progrès et l'innovation technologique modifient-ils notre quotidien ? Dominique Desaunay met l’accent sur les initiatives locales, donne la parole à ceux qui imaginent notre avenir, et propose une immersion au cœur même de la civilisation «numérique» mondiale.

Les « metalenses » sont des super-lentilles optiques de surface plane et aussi fine qu’une feuille de papier. Mises au point par des chercheurs américains leur nanostructure permet de concentrer toutes les couleurs de l’arc-en-ciel en un seul point focal sans aucune déformation de l’image. Cette « lentille parfaite » rendra bientôt obsolètes les objectifs intégrés de vos appareils photo, vos smartphones et les écrans des casques de réalité virtuelle.
(Rediffusion du 18 janvier 2018)
Depuis plus de 15 ans, les scientifiques testent toute sorte de nouveaux matériaux composites pour manipuler les ondes lumineuses. L’essentiel de leurs recherches consiste, par ailleurs, à réaliser des systèmes capables de rendre invisibles des objets. Derrière les secrets de fabrication de ces dispositifs, se cachent un ensemble de technologies : les méta-matériaux.
Ces assemblages de matières variées et diverses se présentent sous la forme de structures spécialement agencées afin de détourner les ondes électromagnétiques ou toutes sortes de vibrations. La cape d’Harry Potter c’est bien, mais pourquoi ne pas employer ces techniques pour créer des loupes, des lentilles et des optiques parfaites. Les méta-matériaux corrigeraient toutes les imperfections des objectifs à base de verres grossissants. Leur principal défaut se nomme l’aberration chromatique, explication !
La lumière visible que l’on appelle blanche, c’est-à-dire celle du jour, est composée en fait de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. Hélas, les ondes lumineuses correspondant aux couleurs ne vibrent pas à l’identique présentant chacune une longueur d’onde spécifique et des fréquences qui dépendent du milieu dans lequel elles se propagent. Lorsqu’il traverse du verre, le rouge par exemple, sera dévié par la lentille différemment que le bleu. C’est la pagaille à l’arrivée, provoquant des bords colorés ou arc-en-ciel qui apparaissent dans les zones de contraste des photos. On amoindrit cette aberration en empilant plusieurs lentilles, au détriment bien sûr de la définition et de la luminosité au point focal où se forment les images. La lentille unique à base de méta-matériaux mise au point par l’équipe de l’Ecole d’Ingénierie et de Sciences appliquées de Harvard aux États-Unis élimine complètement cette aberration chromatique.
La structure de cette super loupe est composée de nano-fils de dioxyde de titane délicatement agencés. Elle permet de concentrer l’ensemble du spectre des couleurs au même endroit et en très haute qualité. L’appareillage ultra plat est « plus mince qu’une feuille de papier », indiquent les chercheurs, qui ajoutent « la matière première que nous employons est déjà largement utilisée par les industriels ».
Facile à fabriquer, économiquement rentable, cette nouvelle génération des Metalenses, nom donné par les scientifiques à leur dispositif, remplacerait avantageusement tous les dispositifs optiques que nous trouvons dans nos cameras, appareils photos, et surtout dans nos smartphones avec leurs objectifs rikiki et de qualité médiocre, ainsi que toutes sortes applications qui restent encore à imaginer.
Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr