L’oeil du Web

| France Bleu | Episode du | Durée : 00:03:27 | RSS | Site Web

Pour comprendre ce que l'on voit, ce que l'on partage tous les jours sur internet et sur les réseaux sociaux, L'oil du web décortique l'actualité vu du net.

durée : 00:03:27 – L’oeil du web France Bleu –

L’oeil du Web

| France Bleu | Episode du | Durée : 00:03:04 | RSS | Site Web

Pour comprendre ce que l'on voit, ce que l'on partage tous les jours sur internet et sur les réseaux sociaux, L'oil du web décortique l'actualité vu du net.

durée : 00:03:04 – L’oeil du web France Bleu –

Nouveaux monde de l’innovation du dimanche 20 août 2017

| France Info | Episode du | Durée : 00:04:15 | RSS | Site Web

Jérôme Colombain s'intéresse aux innovations, aux produits high-tech, aux nouvelles technologies. Eclairage sur le monde virtuel et technologique.

durée : 00:04:15 – Nouveau monde – par : Jérôme COLOMBAIN

VertiGo, roule du sol au plafond (Rediffusion)

| | Episode du | Durée : 2:8 | RSS | Site Web

Comment et pourquoi le progrès et l'innovation technologique modifient-ils notre quotidien ? Dominique Desaunay met l’accent sur les initiatives locales, donne la parole à ceux qui imaginent notre avenir, et propose une immersion au cœur même de la civilisation «numérique» mondiale.

Une équipe de roboticiens européens a mis au point un petit engin étonnant. VertiGo roule aussi bien sur des sols accidentés qu’il grimpe aux murs, voire au plafond, selon ses concepteurs. Reste maintenant à trouver une occupation utile à ce robot escaladeur qui se contente pour l’instant d’afficher ses performances verticales et sans limites.
Le robot Abigaille développé par l’Agence spatiale européenne est capable, comme le lézard gecko, d’escalader n’importe quelle surface, même la plus lisse, grâce à ses pattes recouvertes de millions de poils « adhésifs » et microscopiques. Mais un autre concept d’engin équilibriste pourrait bien concurrencer les performances « collantes » de cette machine aux pattes velues. Né dans les labos suisses de Disney Research et de l’École polytechnique fédérale de Zurich, le VertiGo, ainsi nommé par ses concepteurs, est devenu le champion toutes catégories des acrobates électroniques !
Mi-drone, mi-robot à roulette, l’engin ressemble à un vieux tacot de dessin animé, auquel on aurait retiré toute la carrosserie. Entièrement tubulaire, son cadre léger est en fibre de carbone, il est équipé de quatre roues crantées qui ont été imprimées en 3D, dont seules celles situées à l’avant du petit véhicule intelligent sont orientables. Deux hélices pendulaires surmontent le châssis et tous les mécanismes de la machine, intégrant un cerveau électronique, un moteur électrique, une batterie, une centrale inertielle et des capteurs de proximité, afin que le robot puisse s’orienter correctement lors de ses déplacements. Sur terrain plat et quand les hélices sont à la verticale, l’engin file à la vitesse de l’éclair quelles que soient les embuches du chemin.
Se promener sur un mur
Mais VertiGo, comme son nom l’indique, a plus d’un tour dans ses rouages. Il peut se promener sur un mur quand les deux hélices s’inclinent dans une position plus horizontale, ce qui a pour effet de le maintenir plaqué contre les parois. Peu importe la nature des surfaces rencontrées, qu’elles soient rugueuses, accidentées ou lisses comme du verre, la poussée délivrée par les hélices permet à notre acrobate d’escalader n’importe quelles cloisons. « Il pourrait, théoriquement, rouler au plafond si ça lui chante », précisent les roboticiens suisses.
Mais à quoi pourrait bien servir cet engin étonnant ? Le centre de recherche de Disney imagine déjà s’en servir comme système d’éclairage dans des salles de spectacles et de créer des ballets féériques de robots lumineux. Équipé de caméras, VertiGo inspecterait les structures des nouvelles tours qui atteignent aujourd’hui des hauteurs infernales.  Et sans jamais craindre le vertige, avec un spray et des éponges, il ferait aussi un excellent laveur de carreaux… Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr
Rediffusion du 10 janvier 2016.

Décès de Louis Lemaire, pilote français du débarquement de Normandie en 44

| | Episode du | Durée : 2:33 | RSS | Site Web

Passion, technologie, industrie, tous les aspects de l'aviation dans cette chronique bimensuelle. Un samedi sur deux, en alternance avec la Chronique Transports.

Louis Lemaire, 99 ans, ancien pilote du Groupe de chasse «Berry» qui servait sous les couleurs de la Royal Air Force, est décédé. Il était l’un des derniers pilotes du débarquement de juin 1944. Après la guerre, Louis Lemaire était resté dans l’armée de l’air et avait participé à d’autres guerres : l’Indochine puis l’Algérie avant de quitter l’institution dans les années 70 avec le grade de colonel.

Des épinards détecteurs d’explosifs (Rediffusion du 5/11/2016)

| | Episode du | Durée : 2:5 | RSS | Site Web

Comment et pourquoi le progrès et l'innovation technologique modifient-ils notre quotidien ? Dominique Desaunay met l’accent sur les initiatives locales, donne la parole à ceux qui imaginent notre avenir, et propose une immersion au cœur même de la civilisation «numérique» mondiale.

Devenus mondialement célèbres grâce à la bande dessinée Popeye, qui tire sa force en se gavant de ce légume riche en fer, les épinards fascinent les chercheurs. Mais des scientifiques américains pas vraiment gastronomes, ont doté cette plante potagère de nouveaux pouvoirs en lui injectant des nanotubes de carbone. Le végétal transformé est maintenant capable de détecter des explosifs ou des produits chimiques dangereux.
Popeye the Sailor Man est un personnage créé en 1919 par le cartooniste américain E. C. Segar. Son œuvre, adaptée bien plus tard en dessin animé par les Studios Fleischer, relate les aventures d’un ex-marin doté d’une force surhumaine qui boulote en permanence des tonnes d’épinards. Cette belle plante potagère, originaire du Caucase ou d’Asie mineure, aux qualités antioxydantes remarquables, renferme dans ses feuilles une quantité exceptionnelle de vitamines et minéraux. Toutefois, attention aux idées reçues ! Car n’en déplaise au Popeye qui sommeille en chacun de nous, sa teneur en fer n’est, en fait, pas particulièrement élevée.
Apparemment, l’intérêt que portent les biochercheurs aux épinards n’est pas toujours d’ordre gastronomique, ayant remarqué depuis longtemps que le végétal se prêtait très bien à toute sorte de manipulation en laboratoire. Les scientifiques de l’Institut des Technologies du Massachusetts aux États-Unis ont badigeonné ses feuilles avec une solution de nanoparticules, composée principalement de nanotubes de carbone.
 
Des épinards capables d’identifier les composés nitroaromatiques
Cet assaisonnement chimique, en pénétrant le système responsable de la photosynthèse de la plante, c’est-à-dire dans la couche de mésophylle qui est située sur la face interne des ramures, a métamorphosé nos épinards en détecteur de produits toxiques. Plus efficacement qu’un chien renifleur, le légume est maintenant capable d’identifier les composés nitroaromatiques qui interviennent dans la fabrication des explosifs, comme les mines ou les bombes à sous-munitions, par exemple.
Ces arômes moléculaires subtils qui finiront par être dilués dans les eaux pluies, seront absorbés tôt ou tard par les racines des épinards. Les feuilles gorgées de nanotubes de carbone réagiront alors à ces saveurs chimiques en émettant une faible lueur fluorescente qui sera captée par un réseau de caméras en ligne. « Les plantes sont de très bons chimistes analytiques », expliquent les chercheurs qui espèrent maintenant adapter leur procédé, afin de concevoir des systèmes électrobiologiques permettant une surveillance de l’environnement, des sols, des cultures, ainsi que des dispositifs pour contrôler la bonne santé des plantes.
En revanche, et à la grande déception de Popeye, rien ne nous indique dans cette expérience, si des épinards aux nanotubes de carbone, mijotés ou en salade… seront toujours comestibles.
Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr
 

L’oeil du Web

| France Bleu | Episode du | Durée : 00:03:24 | RSS | Site Web

Pour comprendre ce que l'on voit, ce que l'on partage tous les jours sur internet et sur les réseaux sociaux, L'oil du web décortique l'actualité vu du net.

durée : 00:03:24 – L’oeil du web France Bleu –

L’oeil du web

| France Bleu | Episode du | Durée : 00:03:14 | RSS | Site Web

Pour comprendre ce que l'on voit, ce que l'on partage tous les jours sur internet et sur les réseaux sociaux, L'oil du web décortique l'actualité vu du net.

durée : 00:03:14 – L’oeil du web France Bleu –

L’oeil du Web

| France Bleu | Episode du | Durée : 00:02:48 | RSS | Site Web

Pour comprendre ce que l'on voit, ce que l'on partage tous les jours sur internet et sur les réseaux sociaux, L'oil du web décortique l'actualité vu du net.

durée : 00:02:48 – L’oeil du web France Bleu –

L’oeil du Web

| France Bleu | Episode du | Durée : 00:02:51 | RSS | Site Web

Pour comprendre ce que l'on voit, ce que l'on partage tous les jours sur internet et sur les réseaux sociaux, L'oil du web décortique l'actualité vu du net.

durée : 00:02:51 – L’oeil du web France Bleu –