“Cris et chuchotements”, Ingmar Bergman, 1972 – 14.04.2019

| RTS - Radio Télévision Suisse | Episode du | Durée : 53:38 | RSS | Site Web

Travelling, un déplacement de caméra pour tout connaître de l'histoire du cinéma! Une émission de Catherine Fattebert. Fichiers audio disponibles durant 30 jour(s) après diffusion. - Pour un usage privé exclusivement.

Cʹest lʹun des plus beau film dʹIngmar Bergman, « Cris et chuchotements », sorti en 1972. Une œuvre angoissante, mystérieuse, envoutante. Un film à la cadence mesurée racontant la mort, la vie, lʹagonie. Nous avons surtout la question essentielle que se pose Ingmar Bergman: pourquoi vivre?

Le cinéaste nʹapporte pas de réponse, peut-être parce quʹil nʹen existe pas, mais soulève le voile sur ce qui manque le plus aux humains: la possibilité de communiquer entre eux et celle de sʹaimer. Le rouge domine toute la photographie. Cʹest la couleur fétiche dʹIngmar Bergman dans cet automne suédois. Un rouge dense sur le mobilier, les murs. En contrastes, les robes blanches et fluides des femmes qui peuplent le manoir.

A lʹécran, trois sœurs et une servante. Quatre femmes qui se frôlent autour de lʹagonie, puis de la mort de lʹune dʹelle emportée par un cancer. Quatre femmes incarnées par des comédiennes exceptionnelles: Harriet Andersson, Kari Sylwan, Ingrid Thulin et Liv Ullmann, toutes amies du réalisateur.

Le film reçoit lʹoscar de la meilleure photographie pour Sven Nykvist et le Grand Prix technique au Festival de Cannes en 1973.