La vie de réfugiés après Calais

| | Episode du | Durée : 19:30 | RSS | Site Web

Tous les aspects de la vie quotidienne des Européens dans ce magazine réalisé avec les correspondants de RFI et de la RTBF. Une émission présentée par Catherine Rolland, Frédérique Lebel et Laurent Berthault. - Diffusions vers les antennes Monde: du lundi au vendredi à 12h40 (TU) ; du mardi au samedi à 04h40 (TU). - Diffusions vers toutes cibles: du lundi au vendredi, sauf mardi à 17h40 (TU). - Diffusions vers la Roumanie à 21h10 (TU). - Diffusions vers l’antenne Monde et Paris, du lundi au vendredi à 23h10 (TU).

L’un est Iranien, Omid ; l’autre est Afghan, Safiullah ; et tous deux ont fui leur pays en 2015, à quelques mois d’intervalle. Ces réfugiés d’une vingtaine d’années sont tous deux passés par la Jungle de Calais, ce camp rasé il y a bientôt deux mois, porte de passage vers le Royaume-Uni, pour les plus chanceux. Omid a fini par atteindre l’Angleterre dont il rêvait, alors que Safiullah a décidé d’y renoncer pour s’installer en France. A Concarneau, plus exactement, une commune de 20 000 habitants située dans l’ouest du pays. Portraits croisés de deux réfugiés, qui n’ont désormais qu’un objectif : s’intégrer. Maïwen Bordron.
C’est un drame sanitaire qui a fait les gros titres en Russie à la fin 2016 : à Irkoutsk, en Sibérie, près de 80 personnes sont mortes après avoir ingéré de l’alcool de substitution, une huile de bain contrefaite. Le maire de la ville a décrété l’état d’urgence, et les stocks du produit incriminé ont été saisis par les autorités. Un accident qui révèle que de plus en plus de Russes sont contraints de consommer ces alcools du pauvre. Etienne Bouche.
En Albanie, la production de cannabis n’a cessé d’augmenter depuis la fin des années 1990. À tel point que le petit pays des Balkans est devenu le premier producteur européen. Les nouvelles autorités se sont lancées dans une véritable croisade contre ce trafic, mais face à la pauvreté et à la corruption, le combat semble perdu d’avance. Reportage de Simon Rico.
Jamais, l’Église catholique polonaise n’avait trouvé autant de soutiens au sein du gouvernement. Le PIS au pouvoir va même plus loin en remettant en cause le droit à l’avortement. Pourtant, cette église se cherche aujourd’hui. Construite sur la résistance aux envahisseurs depuis 3 siècles, sur la résistance au communisme aussi, elle est mise au défi de la modernisation même si les Polonais sont encore parmi les plus fervents pratiquants de l’Europe de l’Ouest. Et c’est ce qu’explique le documentaire de Francoise Pons «L’église polonaise sous haute pression». Catherine Rolland.