L’EPOPEE DES MUSIQUES NOIRES – 31/03/2019

| | Episode du | Durée : | RSS | Site Web

Retrouvez L'épopée des musiques noires sur Facebook et Twitter. *** Jusqu'au 27 octobre 2018 inclus : Diffusions : - Le samedi à 12h30 TU sur RFI Monde (sauf Paris) - Le samedi à 20h30 TU vers l'Afrique haoussa - Le dimanche à 17h30 TU sur RFI Afrique ; - Le dimanche à 19h30 TU sur RFI Monde (21h30 heure de Paris à Paris) - Le lundi à 02h30 TU sur RFI Afrique. A partir du 28 octobre 2018 : Diffusions : - le dimanche vers le monde et Paris à 15h30 TU, vers l'Afrique à 16h30 TU, vers l'Afrique haoussa à 20h30 TU, le lundi vers l'Afrique à 02h30 TU.

La disparition du chanteur Otis Redding, en décembre 1967, va indirectement précipiter la naissance d’un premier numéro nommé Super Soul. Ce sera la première étape d’une histoire qui égrènera, mois après mois, les soubresauts de l’actualité musicale du peuple noir américain, mais ce n’est qu’en décembre 1968 que « Soul Bag » informe officiellement ses premiers lecteurs. C’est le « Roi du Blues », B.B King, qui aura les honneurs de cette Une historique. 5 décennies plus tard, pour l’édition anniversaire, il est à nouveau à l’affiche de ce valeureux magazine. Entre-temps, la rédaction s’est agrandie, la couleur a fait son apparition, les abonnés se sont multipliés, le site internet a fait peau neuve et certains musiciens, soutenus dès la première heure par Soul Bag, sont devenus des amis.

Le pianiste et chanteur afro-américain, Mighty Mo Rodgers, doit une fière chandelle aux équipes passionnés de « Soul Bag ». Son premier album autoproduit suscita immédiatement l’intérêt de ces journalistes éclairés qui parvinrent à créer un engouement certain autour de ce disque et de cet artiste. Le fruit de cette ferveur fut un contrat discographique que Mighty Mo Rodgers signa en 1999 à l’âge de 57 ans. Blues is my wailin wall devint un classique de ce poète, philosophe et interprète de grand talent. Depuis, il a fait paraître 6 autres albums de haute tenue, et délivre son message humaniste aux 4 coins de la planète en n’oubliant jamais d’accorder quelques mots à ses chaperons dans les colonnes de « Soul Bag ». Nul doute que le 27 avril 2019, lors de son passage à Paris au Pan Piper, il prendra le temps de saluer ses vieux amis.

Depuis 50 ans, la joyeuse troupe de « Soul Bag » a conservé cette foi indestructible et cette pertinence éditoriale qui forcent l’admiration. A une époque où la presse spécialisée peine à trouver le modèle économique idéal, la fougue artisanale de cette rédaction est remarquable. Plus d’une fois, la tentation de baisser les bras fut grande mais l’envie fut plus forte. De 1968 à 2018, 233 numéros ont paru. La périodicité fut, certes, parfois aléatoire mais un demi-siècle a passé et « Soul Bag » est là, fier de son patrimoine. Outre « Jazz Hot », « Jazz Magazine » et « Rock & Folk », rares sont les revues musicales françaises à avoir su résister à l’érosion du temps. Souhaitons donc un très joyeux anniversaire à ces intrépides rédacteurs dont la persévérance relève de l’exploit.

Le site du magazine « Soul Bag ».