Violences conjugales: une nouvelle loi pour rien en Serbie?

| | Episode du | Durée : 19:30 | RSS | Site Web

Tous les aspects de la vie quotidienne des Européens dans ce magazine réalisé avec les correspondants de RFI et de la RTBF. Une émission présentée par Catherine Rolland, Frédérique Lebel et Laurent Berthault. - Diffusions vers les antennes Monde: du lundi au vendredi à 12h40 (TU) ; du mardi au samedi à 04h40 (TU). - Diffusions vers toutes cibles: du lundi au vendredi, sauf mardi à 17h40 (TU). - Diffusions vers la Roumanie à 21h10 (TU). - Diffusions vers l’antenne Monde et Paris, du lundi au vendredi à 23h10 (TU).

C’est une violence secrète, à l’abri des regards, dans les foyers: la violence conjugale. Aucun pays d’Europe n’est épargné. Fin novembre, le Parlement serbe adoptait une nouvelle loi contre ces violences conjugales. Si les associations féministes ont salué le geste, elles sont cependant loin de se réjouir. Elles craignent, en effet, qu’il ne s’agisse que d’une nouvelle mesure « cosmétique », alors que dans le pays, les violences contre les femmes restent un fléau. Philippe Bertinchamps.
L’année qui vient de s’achever n’aura laissé aucun répit aux migrants qui tentent de traverser la Méditerranée. Plus de 5000 personnes sont mortes ou portées disparues, le chiffre le plus important jamais enregistré. Et partout dans le monde, ce sont autant de familles qui cherchent à savoir ce qu’est devenu leur proche. A Syracuse, en Sicile, l’inspecteur Milazzo a choisi de découvrir l’identité des victimes avec les outils de son temps : depuis plusieurs années, il recourt aux réseaux sociaux pour retrouver les familles des victimes, elles-mêmes dans une insupportable incertitude, et croiser les informations et fichier ADN. Cécile Debarge l’a rencontré.
Un livre pensé pour les enfants réfugiés. Il vient d’être publié en Allemagne. «Une étoile qui regarde à travers ta fenêtre» propose 10 histoires pour s’endormir, à lire et à relire, recueillies par l’auteur allemand Thomas Mac Pfeiffer. Avec une particularité : ces histoires sont à découvrir dans huit différentes langues. À Berlin, Julien Mechaussie a rencontré son auteur.
Un patchwork de points de vue par les fenêtres d’Athènes. Depuis 4 ans, l’artiste grecque Ianna Andreadis invite les habitants de la capitale à lui envoyer des clichés pris de chez eux. Sur les 10 000 photos envoyées, elle en a retenues environ 500 dans le cadre d’une exposition. Exposition soutenue par l’Institut français à voir au musée Benaki jusque fin janvier, Charlotte Stievenard.